Rechercher

"Nous devrions tous être qui nous sommes !"

Je viens de terminer un livre et je tiens absolument à partager un extrait que je trouve particulièrement magnifique.

Quelques mots qui font réfléchir et qui permettent de prendre conscience de certains éléments qui nous entourent.


"Il n'y a absolument aucune condamnation dans [l'au-delà], parce qu'il n'y a rien à condamner - nous sommes tous pure conscience.

Beaucoup n'aiment pas l'idée qu'il n'y ait aucun jugement après la mort. Ils trouvent réconfortant de penser que les gens auront des comptes à rendre pour leurs méfaits. Mais la punition, la récompense, le jugement, la condamnation, etc., sont des concepts d'"ici" et non de "là-bas". C'est pourquoi nous avons des lois, des règles et des systèmes.

De l'autre côté, la raison pour laquelle nous sommes tels que nous sommes et pourquoi nous avons agi ainsi est tout à fait claire, même si cela semblait contraire à l'éthique dans cette vie. Je pense que ceux qui font du mal aux autres ne le font qu'en fonction de leur propre souffrance et de leurs sentiments de limitation et de séparation. Les auteurs d'actes tels que le viol et le meurtre n'ont absolument aucune idée de leur propre magnificence. J'imagine qu'ils doivent être extrêmement malheureux pour causer autant de souffrance aux autres, et qu'en fait, ce sont eux qui ont besoin de la plus grande compassion - et non de jugement et de souffrances supplémentaires dans l'"après-vie".

En réalité, je ne pense pas que les criminels et les meurtriers soient "ce qu'ils sont". Je pense que nous ne nous tournons vers la destruction que quand nous nous sommes égarés et nous sommes écartés de la connaissance de ce que nous sommes vraiment. Les criminels ont perdu leur centre, et ce qu'ils font aux autres est en fait un reflet de la façon dont ils se considèrent à l'intérieur. Nous avons tendance à désigner respectivement les auteurs de crime et les victimes par "eux" ou "nous", mais il n'y a pas "d'eux". C'est nous tous !

Un tueur en série et malade, tout comme une personne atteinte de cancer. Et s'il y a davantage de meurtriers dans notre monde actuel, cela signifie que nous sommes une société malade. Les enfermer peut être utile à court terme, tout comme traiter les symptômes d'un cancer. Mais si nous ne transformons pas ou ne transcendons pas les questions essentielles dans notre société, le problème ne fera que croître, exigeant de construire encore plus de prisons et de mettre les systèmes judiciaires à rude épreuve. Les auteurs de crime sont plus que les victimes de leurs propres circonstances ; ils sont les symptômes physiques de problèmes sous-jacents que nous avons tous en tant qu'unité.

Je ne ferme pas les yeux sur leurs actes. J'essaie simplement de dire que la prise de conscience de ma propre magnificence m'a transformée. Je pense que si nous étions tous capables d'entrer en contact avec notre propre vérité et de connaître notre grandeur, nous ne choisirions pas d'être malfaisants. Une personne heureuse et aimée qui se sent inséparable de l'Unité sait que blesser quelqu'un revient à se blesser soi-même." (p.254-255)


Si vous avez aimé cet extrait, vous adorerez ce livre. Il ouvre l'esprit, nous élève, et nous fait prendre conscience de qui nous sommes : "une magnificence". Nous sommes tous reliés les uns les autres, ce qui signifie que nous faisons tous UN.